Comment passer le CACES ?

Le certificat d’aptitude à la conduite en sécurité (CACES) atteste de la capacité acquise par une personne pour l’utilisation d’un engin de chantier ou d’une machine de levage (grues à tour, chariots élévateurs…) Ce certificat est délivré par un organisme de formation habilité.

 

Choisir son CACES

 

Il existe plusieurs types de CACES qui répondent aux exigences de l’emploi que vous exercez ou de celui pour lequel vous souhaitez postuler. Vous pouvez, par exemple, opter pour un CACES destiné aux caristes ou vous diriger vers les activités d’extérieur : CACES pour la conduite de nacelles ou d’engins de chantier.

 

Lorsque vous êtes salarié, une autorisation de conduite doit vous être délivrée par votre employeur afin de vous permettre l’usage de certains engins et véhicules. Votre employeur doit s’assurer, au préalable, de vos compétences en sollicitant du médecin du travail la production d’un certificat d’aptitude médicale et en vous soumettant à un contrôle de connaissances validé par la délivrance du CACES après réussite des tests théoriques et pratiques proposés par les organismes certifiés.

 

Choisir sa formation

 

Le candidat au CACES doit se soumettre aux formations et tests dispensés par un organisme certifié. La durée des évaluations prévues par le CACES peut varier entre deux et cinq jours en fonction du niveau des candidats. En règle générale, la
formation théorique s’étend sur 7 heures, soit une journée. Elle est adaptée au regard du CACES présenté et des engins concernés. La formation théorique sensibilise les candidats quant aux exigences réglementaires, de prévention, mécaniques, au port d’équipements individuels de protection…

 

Par ailleurs, l’obtention du CACES est conditionnée à la réussite de tests pratiques. Le candidat est alors mis en contact avec l’engin ou la machine qu’il aura à utiliser dans le cadre de son activité professionnelle. L’organisme formateur s’assure que le futur conducteur maîtrise les règles de pris de poste, de manutention, de conduite, de chargement et déchargement, de fin de poste… Une fois la formation achevée, le conducteur doit avoir une maîtrise totale de son engin.

 

Il est enfin à noter que la durée de validité du CACES est variable. En effet, elle est de cinq ans pour les chariots, grues et nacelles contre dix ans pour les engins de chantier. Au terme de cette période, l’intéressé doit se livrer à quelques séances de remise à niveau et se soumettre à un recyclage.

 

Trouver un financement

 

Les salariés peuvent voir leur CACES pris en charge intégralement lorsque cette certification est inscrite au plan de formation de leur entreprise. A défaut, ils peuvent faire financer cette formation en mobilisant les heures de droit individuel à la formation (DIF) qu’ils ont acquis tout au long de leur carrière. Les agences d’interim ont également la possibilité de faire former leurs intérimaires dans le cadre du CIF ou du DIF. Dans tous les cas, les salariés demandeurs ne doivent pas hésiter à se rapprocher du service RH de leur entreprise.

 

Les demandeurs d’emploi peuvent solliciter les services de Pôle Emploi en vue d’obtenir un financement. L’action de formation conventionnée (AFC) peut, en effet, être mise en oeuvre en l’espèce. Il est possible ici que Pôle Emploi demande aux candidats de faire état de leurs motivations et de préciser le projet professionnel dans lequel ils s’inscrivent.

 

Lorsque les demandeurs ne parviennent pas à solliciter efficacement un concours quelconque pour la prise en charge de leur CACES, ils peuvent opter pour un financement en fonds propres. Tous les CACES ne nécessitant pas le même nombre d’heures de formation, le coût est variable en fonction du type de certificat présenté et de la durée de formation requise. Dans tous les cas, l’effort financier à engager est significatif. A titre d’exemple, une formation de 3 jours entraîne un coût compris entre 400 et 500 euros.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *